1. NOM

ftok - Convertir un nom de fichier et un identificateur de projet en clé IPC System V

2. SYNOPSIS

 
Sélectionnez
#include <sys/types.h>
#include <sys/ipc.h>



key_t ftok(const char *pathname, int proj_id);

3. DESCRIPTION

La fonction ftok() utilise l'identité du fichier indiqué par pathname (qui doit exister et être accessible), et les huit bits de poids faible de proj_id (qui doit être non nul) pour créer une clé IPC System V de type key_t, utilisable avec msgget(2), semget(2) ou shmget(2).

La valeur résultante est la même pour tous les chemins d'accès identifiant le même fichier, en utilisant une valeur identique pour proj_id. La valeur devrait être différente lorsque des fichiers différents (existants simultanément), ou des identificateurs de projet différents sont employés.

4. VALEUR RENVOYÉE

En cas de succès, la clé générée key_t est renvoyée. Sinon elle renvoie -1, et errno indique l'erreur de la même façon que l'appel système stat(2).

5. CONFORMITÉ

POSIX.1-2001.

6. NOTES

Avec les bibliothèques libc4 et libc5 (et également sous SunOS 4.x), le prototype était

key_t ftok(char *pathname, char proj_id);

De nos jours proj_id est un int, mais seuls huit bits sont utilisés. L'habitude veut que l'on utilise un caractère ASCII comme identifiant de proj_id, ce qui explique pourquoi le comportement est indéfini lorsque proj_id vaut zéro.

Naturellement, aucune garantie ne peut être donné sur le fait que la clé key_t résultante soit unique. En général, la meilleure méthode est de combiner l'octet de proj_id, les seize bits de poids faibles du numéro d'inode, et les huit bits de poids faibles du numéro de périphérique pour obtenir un entier sur 32 bits. Des collisions peuvent se produire facilement, par exemple entre les fichiers se trouvant sur /dev/hda1 et ceux sur /dev/sda1.

7. VOIR AUSSI

msgget(2), semget(2), shmget(2), stat(2), svipc(7)

8. COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 3.52 du projet man-pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies peuvent être trouvées à l'adresse http://www.kernel.org/doc/man-pages/.

9. TRADUCTION

Depuis 2010, cette traduction est maintenue à l'aide de l'outil po4a <http://po4a.alioth.debian.org/> par l'équipe de traduction francophone au sein du projet perkamon <http://perkamon.alioth.debian.org/>.

Christophe Blaess <http://www.blaess.fr/christophe/> (1996-2003), Alain Portal <http://manpagesfr.free.fr/> (2003-2006). Florentin Duneau et l'équipe francophone de traduction de Debian (2006-2009).

Veuillez signaler toute erreur de traduction en écrivant à < >.

Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de ce document en utilisant la commande « LC_ALL=C man <section> <page_de_man> ».