1. NOM

numa - Panorama des architectures à mémoire non uniforme

2. DESCRIPTION

NUMA (« Non-Uniform Memory Access » : accès à la mémoire de façon non uniforme) se réfère aux systèmes multiprocesseur dont la mémoire est divisé en plusieurs nœuds mémoire. Le temps d'accès à un nœud mémoire dépend de la localisation relative du CPU utilisateur et du nœud utilisé (à l'opposé des systèmes multiprocesseur symétriques pour lesquels le temps d'accès à la mémoire est le même quel que soit le CPU). Normalement, chaque CPU sur un système NUMA a un nœud mémoire local pour lequel il peut accéder plus rapidement au contenu, par rapport aux mémoires des nœuds locaux aux autres CPU où à la mémoire sur un bus partagé par tous les CPU.

2.1. Appels système NUMA

Le noyau Linux implémente les appels système suivants liés aux NUM : get_mempolicy(2), mbind(2), migrate_pages(2), move_pages(2) et set_mempolicy(2). Cependant les applications devraient normalement utiliser l'interface fournie par libnuma ; consultez « Prise en charge par la bibliothèque » ci-dessous.

2.2. /proc/[number]/numa_maps (depuis Linux 2.6.14)

Ce fichier affiche des informations concernant l'allocation et la politique mémoire NUMA d'un processus. Chaque ligne contient des informations concernant un intervalle mémoire utilisé par un processus, indiquant, entre autre, la politique mémoire effective pour cet intervalle mémoire et sur quels nœuds les pages ont été allouées. numa_maps est un fichier en lecture seule. Quand /proc/<pid>/numa_maps est lu, le noyau analyse l'espace d'adressage virtuel du processus et indique comment la mémoire est utilisée. Une ligne est affichée pour chaque intervalle mémoire du processus. Le premier champ de chaque ligne indique l'adresse de départ de l'intervalle mémoire. Ce champ permet une corrélation avec le contenu du fichier /proc/<pid>/maps, qui contient l'adresse de fin de l'intervalle et d'autres informations, comme les permissions d'accès et le partage. Le second champ indique la politique mémoire effective actuellement pour l'intervalle mémoire. Notez que la politique effective n'est pas forcément la politique installée par le processus pour cet intervalle mémoire. En particulier, si le processus a installé une politique par défaut (« default ») pour cet intervalle, la politique effective pour cet intervalle sera la politique du processus, qui peut être ou ne pas être « default ». Le reste de la ligne contient des informations sur les pages allouées dans l'intervalle mémoire, comme ceci :

  • N<node>=<nombre_pages>
        Le nombre de pages allouées sur le nœud <node>. <nombre_pages> ne comprend que les pages actuellement projetées par le processus. Un déplacement ou une libération de page peut avoir temporairement déprojeté les pages associées avec cet intervalle mémoire. Ces pages ne peuvent réapparaître que quand le processus essaie de les référencer. Si l'intervalle mémoire représente une zone de mémoire partagée ou une projection dans un fichier, d'autres processus peuvent actuellement avoir d'autres pages projetées dans l'intervalle mémoire associé.
  • file=<nom_fichier>
        Le fichier contenant l'intervalle mémoire. Si le fichier est une projection privée, des accès en écriture peuvent avoir produit des pages COW (« Copy-On-Write » : copie à l'écriture) dans cet intervalle mémoire. Ces pages sont affichées comme des pages anonymes.
  • heap
        L'intervalle mémoire est utilisé pour le tas.
  • stack
        L'intervalle mémoire est utilisé pour la pile.
  • huge
        Gros intervalle mémoire. Le nombre de pages indiqué correspond à de grosses pages, pas à des pages de taille usuelle.
  • anon=<pages>
        Le nombre de pages anonymes dans l'intervalle.
  • dirty=<pages>
        Nombre de pages sales.
  • mapped=<pages>
        Nombre total de pages projetées, n'étant ni sales (dirty), ni anonymes (anon).
  • mapmax=<compte>
        Nombre maximal de processus projetant une même page (« mapcount ») rencontrés lors de l'analyse. Ceci peut être utilisé comme indicateur du degré de partage dans un intervalle mémoire donné.
  • swapcache=<compte>
        Nombre de pages qui ont une entrée associée sur un périphérique de partage.
  • active=<pages>
        Le nombre de pages sur la liste active. Ce champ n'est affiché que si ce nombre diffère du nombre de pages dans l'intervalle. Ceci signifie que certaines pages inactives existent dans l'intervalle mémoire, et qu'elles pourront être retirées de la mémoire prochainement par le « swapper » (processus de gestion des périphériques d'échange).
  • writeback=<pages>
        Nombre de pages qui sont actuellement en cours d'écriture sur le disque.

3. CONFORMITÉ

Aucune norme ne régi les interfaces NUMA.

4. NOTES

Les appels système NUMA de Linux et les interfaces /proc ne sont disponibles que si le noyau est configuré et construit avec l'option CONFIG_NUMA.

4.1. Prise en charge par la bibliothèque

Faire l'édition des liens avec -lnuma pour obtenir la définition des appels système. libnuma et l'en-tête <numaif.h> sont disponibles dans le paquet numactl. Cependant, les applications ne devraient pas utiliser ces appels système directement. À la place, l'interface de plus haut niveau fournie par les fonctions numa(3) du paquet numactl est recommandée. Le paquet numactl est disponible à l'adresse ftp://oss.sgi.com/www/projects/libnuma/download/ Le paquet est aussi inclus dans certaines distributions. Certaines distributions inclues séparément la bibliothèque et les en-têtes pour le développement dans le paquet numactl-devel.

5. VOIR AUSSI

get_mempolicy(2), mbind(2), move_pages(2), set_mempolicy(2), numa(3), cpuset(7), numactl(8)

6. COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 3.52 du projet man-pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies peuvent être trouvées à l'adresse http://www.kernel.org/doc/man-pages/.

7. TRADUCTION

Depuis 2010, cette traduction est maintenue à l'aide de l'outil po4a <http://po4a.alioth.debian.org/> par l'équipe de traduction francophone au sein du projet perkamon <http://perkamon.alioth.debian.org/>.

Nicolas François et l'équipe francophone de traduction de Debian (2006-2009).

Veuillez signaler toute erreur de traduction en écrivant à < >.

Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de ce document en utilisant la commande « LC_ALL=C man <section> <page_de_man> ».