1. NOM

console - Console et terminaux virtuels

2. DESCRIPTION

Un système Linux dispose d'un maximum de 63 consoles virtuelles (périphériques caractères, dont le numéro majeur est 4 et le numéro mineur entre 1 et 63), généralement nommées /dev/ttyn avec 1 (<= n (<= 63. La console en cours est également accessible par /dev/console ou /dev/tty0, le périphérique caractère de numéro majeur 4, et de numéro mineur 0. Les fichiers de périphériques /dev/* sont habituellement créés en utilisant le script MAKEDEV, ou en utilisant mknod(1), avec le mode d'accès 0622 et le propriétaire root.tty.

Avant le noyau 1.1.54, le nombre de consoles virtuelles était compilé dans le noyau (dans tty.h : #define NR_CONSOLES 8) et ne pouvait être modifié qu'en éditant ce fichier, et en recompilant le noyau. Depuis la version 1.1.54, les consoles virtuelles sont créées à la volée, sitôt qu'on en a besoin.

Les moyens les plus courants de démarrer un processus sur une console sont : (a) demander à init(8) (dans inittab(5)) de démarrer un mingetty(8) (ou agetty(8)) sur la console ; (b) demander à openvt(1) de lancer un processus sur la console ; (c) lancer X qui trouvera la première console inutilisée et y effectuera ses affichages. (On peut aussi utiliser l'ancien doshell(8).)

Les moyens courants de basculer de console en console sont : (a) utiliser Alt+Fn ou Ctrl+Alt+Fn pour basculer sur la console n ; AltGr+Fn vous amène à la console n+12 (Alt et AltGr correspondent respectivement aux ALT gauche et droit) ; (b) utiliser Alt+Flèche_droite ou Alt+Flèche_gauche pour parcourir les diverses consoles disponibles ; (c) utiliser le programme chvt(1). Les touches étant redéfinissables, les combinaisons mentionnées ici sont celles par défaut. Consultez loadkeys(1).

La commande deallocvt(1) (précédemment disalloc()) libère la mémoire utilisée par les tampons d'écran des consoles qui n'ont plus de processus associés.

2.1. Propriétés

Les consoles disposent de nombreux états différents. J'espère pouvoir documenter cela un jour. Le fait le plus important est que les consoles simulent des terminaux vt100. En particulier, une console est réinitialisée en recevant les caractères ESC c. Toutes les séquences d'échappement sont indiquées dans console_codes(4).

3. FICHIERS

/dev/console
/dev/tty*

4. VOIR AUSSI

chvt(1), deallocvt(1), loadkeys(1), mknod(1), openvt(1), console_codes(4), console_ioctl(4), tty(4), ttyS(4), charsets(7), agetty(8), init(8), mapscrn(8), mingetty(8), resizecons(8), setfont(8)

5. COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 3.52 du projet man-pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies peuvent être trouvées à l'adresse http://www.kernel.org/doc/man-pages/.

6. TRADUCTION

Depuis 2010, cette traduction est maintenue à l'aide de l'outil po4a <http://po4a.alioth.debian.org/> par l'équipe de traduction francophone au sein du projet perkamon <http://perkamon.alioth.debian.org/>.

Christophe Blaess <http://www.blaess.fr/christophe/> (1996-2007).

Veuillez signaler toute erreur de traduction en écrivant à < >.

Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de ce document en utilisant la commande « LC_ALL=C man <section> <page_de_man> ».