1. NOM

readlinkat - Lire la valeur d'un lien symbolique relativement à un descripteur de fichier de répertoire

2. SYNOPSIS

 
Sélectionnez
#include <fcntl.h> /* Définition des constantes AT_* */
#include <unistd.h>
int readlinkat(int dirfd, const char *pathname,
               char *buf, size_t bufsiz);



Exigences de macros de test de fonctionnalités pour la glibc (consultez feature_test_macros(7)) :

readlinkat():

  • Depuis la glibc 2.10 :
        _XOPEN_SOURCE >= 700 || _POSIX_C_SOURCE >= 200809L
  • Avant la glibc 2.10 :
        _ATFILE_SOURCE

3. DESCRIPTION

L'appel système readlinkat() fonctionne exactement comme readlink(2), les seules différences étant décrites dans cette page. Si pathname est un chemin relatif, il est interprété par rapport au répertoire référencé par le descripteur de fichier dirfd (plutôt que par rapport au répertoire courant du processus appelant, comme cela est fait par readlink(2) pour un chemin relatif). Si pathname est relatif et si dirfd a la valeur spéciale AT_FDCWD, alors pathname est interprété relativement au répertoire de travail du processus appelant, comme pour readlink(2). Si pathname est un chemin absolu, dirfd est ignoré.

4. VALEUR RENVOYÉE

S'il réussit, readlinkat() renvoie le nombre d'octets placés dans buf. S'il échoue, il renvoie -1 et écrit errno en conséquence.

5. ERREURS

Les mêmes erreurs qui apparaissent pour readlink(2) peuvent apparaître pour readlinkat(). Les erreurs supplémentaires suivantes peuvent également se produire pour readlinkat() :

  • EBADF
        dirfd n'est pas un descripteur de fichier valable.
  • ENOTDIR
        pathname est relatif, et le descripteur de fichier dirfd est associé à un fichier, pas à un répertoire.

6. VERSIONS

readlinkat() a été ajouté au noyau Linux dans sa version 2.6.16 ; la glibc le gère depuis la version 2.4.

7. CONFORMITÉ

POSIX.1-2008.

8. NOTES

Consultez openat(2) pour une explication de la nécessité de readlinkat().

9. VOIR AUSSI

10. COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 3.52 du projet man-pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies peuvent être trouvées à l'adresse http://www.kernel.org/doc/man-pages/.

11. TRADUCTION

Depuis 2010, cette traduction est maintenue à l'aide de l'outil po4a <http://po4a.alioth.debian.org/> par l'équipe de traduction francophone au sein du projet perkamon <http://perkamon.alioth.debian.org/>.

Julien Cristau et l'équipe francophone de traduction de Debian (2006-2009).

Veuillez signaler toute erreur de traduction en écrivant à < >.

Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de ce document en utilisant la commande « LC_ALL=C man <section> <page_de_man> ».