1. NOM

pread, pwrite - Lire ou écrire à une position donnée d'un descripteur de fichier

2. SYNOPSIS

#include <unistd.h>

ssize_t pread(int fd, void *buf, size_t count, off_t offset);

ssize_t pwrite(int fd, const void *buf, size_t count, off_t offset);

Exigences de macros de test de fonctionnalités pour la glibc (consultez feature_test_macros(7)) :

pread(), pwrite() :
    _XOPEN_SOURCE >= 500
|| /* Depuis la glibc 2.12 : */ _POSIX_C_SOURCE >= 200809L

3. DESCRIPTION

pread() lit au maximum count octets depuis le descripteur fd, à la position offset (mesurée depuis le début du fichier), et les place dans la zone commençant à l'adresse buf. La position de la tête de lecture du fichier n'est pas modifiée par cet appel système.

pwrite() lit au maximum count octets dans la zone mémoire pointée par buf, et les écrit à la position offset (mesurée depuis le début du fichier) dans le descripteur fd. La position de la tête d'écriture du fichier n'est pas modifiée.

Dans les deux cas, le fichier décrit par fd doit permettre le positionnement.

4. VALEUR RENVOYÉE

S'ils réussissent, ces appels système renvoient le nombre d'octets lus ou écrits (0 indiquant que rien n'a été écrit dans le cas de pwrite(), ou la fin du fichier dans le cas de pread()). En cas d'échec, ils renvoient -1, et remplissent errno en conséquence.

5. ERREURS

pread() peut échouer et fournir dans errno n'importe quelle erreur indiquée par read(2) ou lseek(2). pwrite() peut échouer et fournir dans errno n'importe quelle erreur indiquée par write(2) ou lseek(2).

6. VERSIONS

Les appels système pread() et pwrite() ont été ajoutés dans le noyau Linux 2.1.60. Les points d'entrée dans la table des appels i386 furent instaurés dans la version 2.1.69. Le support par la bibliothèque C, y compris l'émulation utilisant lseek(2) sur les anciens noyaux sans ces appels système, fut ajouté dans la glibc 2.1.

7. CONFORMITÉ

POSIX.1-2001.

8. NOTES

Les appels système pread() et pwrite() sont particulièrement utiles dans les applications multithreadées . Ils permettent à plusieurs threads d'effectuer des entrées et sorties sur un même descripteur de fichier sans être affecté des déplacements au sein du fichier dans les autres threads. Sous Linux, les appels système sous-jacents ont été renommés dans le noyau 2.6 : pread() devint pread64(), et pwrite() devint pwrite64(). Les numéros d'appel système demeurèrent inchangés. Les fonctions pread() et pwrite() de la glibc qui les encapsulent gèrent ce changement de manière transparente. Sur certaines architectures 32 bits, la signature d'appel de ces appels système est différente, pour les raisons expliquées dans syscall(2).

9. BOGUES

POSIX impose qu'ouvrir un fichier avec l'attribut O_APPEND ne devrait pas affecter l'emplacement où pwrite() écrit les données. Cependant avec Linux, si un fichier est ouvert avec O_APPEND, pwrite() écrit les données à la fin du fichier, quelle que soit la valeur d'offset.

10. VOIR AUSSI

lseek(2), read(2), readv(2), write(2)

11. COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 3.52 du projet man-pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies peuvent être trouvées à l'adresse http://www.kernel.org/doc/man-pages/.

12. TRADUCTION

Depuis 2010, cette traduction est maintenue à l'aide de l'outil po4a <http://po4a.alioth.debian.org/> par l'équipe de traduction francophone au sein du projet perkamon <http://perkamon.alioth.debian.org/>.

Christophe Blaess <http://www.blaess.fr/christophe/> (1996-2003), Alain Portal <http://manpagesfr.free.fr/> (2003-2006). Julien Cristau et l'équipe francophone de traduction de Debian (2006-2009).

Veuillez signaler toute erreur de traduction en écrivant à < >.

Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de ce document en utilisant la commande « LC_ALL=C man <section> <page_de_man> ».