1. NOM

kcmp - compare deux processus afin de déterminer s'ils partagent des ressources du noyau

2. SYNOPSIS

 
Sélectionnez
#include <linux/kcmp.h>
int kcmp(pid_t pid1, pid_t pid2, int type,
         unsigned long idx1, unsigned long idx2);

Note : Il n'existe pas de fonction d'encapsulation dans glibc pour cet appel système ; consultez NOTES.

3. DESCRIPTION

L'appel système kcmp() peut être utilisé pour vérifier si deux processus identifiés par pid1 et pid2 partagent des ressources du noyau, telles que de la mémoire virtuelle, des descripteurs de fichiers, etc. L'argument nstype indique pour quelle ressource une comparaison doit être effectuée entre les deux processus. Il peut prendre l'une des valeurs suivantes :

  • KCMP_FILE
        Vérifie si un descripteur de fichier idx1 utilisé par le processus pid1 fait référence à la même description de fichier ouvert (consultez open(2)) que le descripteur de fichier idx2 utilisé par le processus pid2.
  • KCMP_FILES
        Vérifier si le processus partage un même ensemble de descripteurs de fichiers ouverts. Les arguments idx1 et idx2 ne sont pas pris en compte.
  • KCMP_FS
        Vérifie si les processus partagent les même informations relatives au système de fichiers (c'est-à-dire le masque de création de fichiers, le répertoire de travail, et la racine du système de fichiers). Les arguments idx1 et idx2 ne sont pas pris en compte.
  • KCMP_IO
        Vérifie si les processus partagent un contexte E/S. Les arguments idx1 et idx2 ne sont pas pris en compte.
  • KCMP_SIGHAND
        Vérifie si les processus partagent la même table de disposition des signaux. Les arguments idx1 et idx2 ne sont pas pris en compte.
  • KCMP_SYSVSEM
        Vérifie si les processus partagent la même liste d'opérations « undo » pour les sémaphores System V. Les arguments idx1 et idx2 ne sont pas pris en compte.
  • KCMP_VM
        Vérifie si les processus partagent le même espace d'adressage. Les arguments idx1 et idx2 ne sont pas pris en compte.

Remarquez que kcmp() n'est pas à l'abri de «faux positifs» qui peuvent avoir été placés par des tâches en cours d'exécution. Cela signifie que si l'on souhaite obtenir des résultats significatifs, il faut préalablement arrêter les tâches contrôlées par cet appel système.

4. VALEUR RENVOYÉE

La valeur renvoyée par un appel réussi à kcmp() est le résultat de la comparaison arithmétique des pointeurs du noyau (lorsque le noyau compare des ressources, il utilise leurs adresses en mémoire). Pour mieux comprendre, regardons l'exemple suivant. Supposons que v1 and v2 sont les adresses des ressources concernées, alors la valeur renvoyée sera l'une des suivantes :

0 4 v1 est égal à v2 ; en d'autres termes, les deux processus partagent la même ressource.

1 v1 est inférieur à v2.

2 v1 est supérieur à v2.

3 v1 n'est pas égal à v2, mais aucune information concernant l'ordre des nombres n'est disponible.

En cas d'erreur, le retour vaut -1 et errno reçoit une valeur correspondante. kcmp () a été conçu pour renvoyer des variables pouvant être triées. C'est particulièrement pratique lorsqu'on souhaite comparer un grand nombre de descripteurs de fichiers.

5. ERREURS

  • EBADF
        type est KCMP_FILE et fd1 ou fd2 n'est pas un descripteur de fichier ouvert.
  • EINVAL
        type n'est pas valide.
  • EPERM
        Permissions insuffisantes pour inspecter les ressources du noyau. Le privilège CAP_SYS_PTRACE est nécessaire pour inspecter les processus dont vous n'êtes pas propriétaire.
  • ESRCH
        Au moins l'un des processus pid1 ou pid2 n'existe pas.

6. VERSIONS

L'appel système setns() a fait son apparition dans la version 3.5 de Linux.

7. CONFORMITÉ

kcmp() est spécifique à Linux et ne doit pas être utilisé dans des programmes conçus pour être portables.

8. NOTES

Glibc ne fournit pas de fonction d'encapsulation pour cet appel système ; utilisez syscall(2) pour l'appeler. Cet appel système n'est disponible que si le noyau a été configuré avec CONFIG_CHECKPOINT_RESTORE. Cet appel est utilisé principalement pour la fonctionnalité de gel des applications (checkpoint/restore) dans l'espace utilisateur (CRIU). L'alternative à cet appel système aurait consisté à présenter les informations pertinentes concernant le processus via le système de fichier proc(5) ; cette solution n'a pas été jugée satisfaisante pour des raisons de sécurité. Consultez clone(2) pour obtenir des informations générales sur les ressources partagées dont il est fait mention dans cette page.

9. VOIR AUSSI

clone(2), unshare(2)

10. COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 3.52 du projet man-pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies peuvent être trouvées à l'adresse http://www.kernel.org/doc/man-pages/.

11. TRADUCTION

Depuis 2010, cette traduction est maintenue à l'aide de l'outil po4a <http://po4a.alioth.debian.org/> par l'équipe de traduction francophone au sein du projet perkamon <http://perkamon.alioth.debian.org/>.

Veuillez signaler toute erreur de traduction en écrivant à < >.

Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de ce document en utilisant la commande « LC_ALL=C man <section> <page_de_man> ».